La Faille de Gildar


Détails :

Auteur : Sarah Cawkwell

Catégorie : Batailles de l’Astartes

Nombre de  pages : 414

Traduction : Sébastien Delmas

Paru en VF en juillet 2012 chez Black Library / Paru en VO en décembre 2011

Sur le reclusiam : critique de Priad

Mon avis :

Daerys Arrun est le capitaine de la 4ème compagnie des Silvers Skulls, et donc Maître de la Flotte qui patrouille dans la faille de Gildar pour guider les navires marchands à passer l’énorme nuage d’astéroïdes qui rend la navigation périlleuse et pour le protéger des raids fréquents des pirates. Comme tout capitaine, il est secondé dans sa tâche par son prognosticator, un archiviste-chapelain propre aux Silver Skulls, qui consulte les augures pour valider ou non les décisions que peux prendre le capitaine. Lorsqu’un vaisseau Space Wolf désemparé pénètre dans le système, c’est tout naturellement que le chapitre lui vient en aide. Mais c’est malheureusement pour eux une ruse des Red Corsairs, menés par le dément Huron Sombrecoeur – le Tyran de Badab, qui a utilisé ce vaisseau comme cheval de Troie pour mener une attaque d’envergure sur le système. Un peu partout des révoltes éclatent et les Silver Skulls se retrouvent partagés entre la bataille spatiale qui se profile et la sécurisation des sites de production vitaux (ainsi que la recherche des objectifs d’Huron)… De plus, Arrun était sur le point de lancer le programme Renaissance qui, s’il réussit, doit apporter gloire et puissance à ce chapitre affaibli par ses précédentes campagnes et en pleine reconstruction.

Un nouvel auteur, un chapitre méconnu, un adversaire emblématique, une bataille spatiale… Tout était réuni pour faire de ce roman un excellent bouquin. Si tout n’est pas à jeter, c’est tout de même un constat d’échec, qu’il faut dresser. Arrun est indéniablement un capitaine charismatique, mais on peut s’étonner qu’il soit arrivé à son rang en maîtrisant si peu ses émotions… Et qu’il soit présenté comme un maître de stratégie alors qu’il se fait piéger comme un bleu… Le rôle des prognosticators est intéressant, à la fois chapelain et archiviste, caste sans doute la plus puissante du chapitre et pourtant étant plutôt confiné à des rôles de conseillers… Mais c’est d’une lourdeur… Le pitch de la série « Batailles de l’Astartes » n’est pas évident au départ, faire un roman complet sur une bataille, on se doute qu’il faut meubler un peu… Mais là, on sent vraiment que y’a beaucoup de remplissage. Y’a assez de matière pour faire une (grosse) nouvelle, mais guère plus… Certains personnages manquent franchement de subtilité, à l’image du style d’écriture. On peut aussi s’étonner que les Silver Skulls fassent aussi peu attention aux humains (d’une manière générale, c’est normal, mais là ils sont quand même dans leur système de recrutement), mais surtout aussi peu attention à leurs pertes. On nous explique plusieurs fois que le chapitre est affaibli, en pleine reconstruction, mais les morts ne semblent pas être si catastrophiques que ça…

Mais ce n’est pas le pire (encore que le style ne donne pas envie d’aller au bout du roman)… Le pire, c’est le scénario lui-même : c’est complètement bancal. Qu’est-ce qu’Huron est venu faire dans ce système ? Qu’est-il venu chercher ? Il engage une débauche de moyens… pour rien, puisque le seul bien précieux qu’il ramène n’était pas prévu au départ… Ca passait sans problème si on savait qu’une suite était prévue, mais on sait que ce n’est pas le cas dans cette série… Sa démonstration de force n’a vraiment aucune raison d’être…

Autre point nébuleux, le projet Renaissance. Assez vite on a les détails de ce projet mêlant les compétences des apothicaires et des techmarines, et dont beaucoup sont contre parce qu’il frôle l’hérésie. Je passe sur les détails du projet, mais je ne vois pas trop pourquoi il serait considéré comme tel, à part très certainement par l’Adeptus Mechanicus… Et encore… Mais ce projet est censé apporter gloire et renouveau au chapitre… Mais comment ? Il apporte certes un avantage indéniable lors d’une bataille spatiale (à condition d’être les seuls à l’exploiter), mais à part ça… En quoi va-t-il concourir au renouveau du chapitre ? Personnellement, je n’ai pas vu…

En bref, et malgré ce que j’ai l’air d’en dire, ce n’est pas un mauvais bouquin, mais il y a trop de choses à revoir pour qu’on puisse le qualifier de bon.

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :