La Légion des Damnés


Détails :

Auteur : Rob Sanders

Catégorie : Batailles de l’Astartes

Nombre de  pages : 416

Traduction : Sébastien Delmas

Paru en VF en janvier 2013 chez Black Library / Paru en VO en avril 2012

Sur le reclusiam : critique de Maestitia

Mon avis :

Les World Eaters sèment mort et destruction sur le monde-cimetière de Certus Minor. Les forces Impériales font de leur mieux pour repousser l’envahisseur, mais la bataille semble perdue. Mais de nulle part surgit alors la Légion des Damnés…

Publicité mensongère ? A voir… Si on suit la 4ème de couverture, oui : la Légion des Damnés et les World Eaters ne font qu’une apparition à peine aussi longue que le temps d’écrire le nom de leur légion…

Ce bouquin ne parle donc pas du tout de ça ! On suit le capitaine Kersh, de la 5ème compagnie des Excoriators, un chapitre Space Marines de la Seconde Fondation, descendant des Imperial Fists et du grand Rogal Dorn (comme les Black Templars et les Crimson Fists, par exemple) et adeptes de l’auto-flagellation… Un chapitre qui fleure bon la joie de vivre. Pour rajouter à la folle ambiance, Kersh, surnommé le Fléau, est nommé à la tête de la compagnie malgré la perte récente de l’emblème du chapitre (le Stygmartyr), tombé aux mains de l’Alpha Légion. Sauf qu’au lieu d’emmener sa compagnie à la poursuite de la relique, il les emmène du Certus Minor, un monde sépulture mineur avec lequel son chapitre à lié des accords des siècles plus tôt, et qui requiert leur assistance.

Certus Minor est sur le passage de la comète de Keeler, dont le sillage emprunt de warp traîne l’armada du Furiocauste, un seigneur de guerre et champion de Khorne, et dont la destination finale n’est rien d’autre que la Sainte Terra, massacrant tous les mondes se trouvant sur la trajectoire…

Kersh est un personnage intéressant : torturé, en proie aux doutes et subissant le poids du commandement. Haï par ses troupes, il doit défendre un monde condamné avec des troupes locales sans expérience du combat réel… Il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a, et il le fait bien.

Ce bouquin oscille entre le bon et l’excellent. Mais il a, pour moi, un défaut : pourquoi porte-t-il le nom d’une légion qui ne fait qu’une brève apparition ? Pourquoi la couverture ne représente pas les Excoriators, mais bien cette Légion des Damnés ? Parce qu’un livre sur la plus mystérieuse des légions de l’univers 40K est très vendeur. Et c’est dommage… Ceci dit, une fois lancé dans le bouquin, ça s’oublie très vite et ça se lit bien ! Et cette compagnie des Excoriators est bien damnée…

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :