Les Primarques


Détails :

Auteur : Recueil de Nouvelles

Catégorie : L’Hérésie d’Horus

Nombre de  pages : 369

Traduction : Julien Drouet

Paru en VF en Février 2013 chez Black Library / Paru en VO en mai 2012

Sur le reclusiam : critique de Drystan

Mon avis :  

Créés par l’Empereur à sa propre image, les primarques se sont longtemps considérés comme des princes parmi les hommes, et comme les maîtres de leur destinée. Ils ont mené leurs légions de space marines de victoire en victoire à travers toute la galaxie, et aucun ennemi de l’Imperium n’a jamais été capable de résister à leur fureur. Pourtant, au coeur de cette fratrie légendaire, les graines de la trahison ont été semées il y a bien longtemps, avant même que ne commence l’Hérésie d’Horus…

La première nouvelle, de G. McNeill, nous entraîne peu après le roman Fulgrim (du même auteur) et nous fait suivre les Emperor’s Children en préparation pour leur prochaine assaut vers des installations du Mechanicum. Bien que l’intérêt stratégique d’un tel assaut échappe à l’ensemble de la Légion, c’est la personnalité de Fulgrim qui inquiétera Lucius, le fameux épéiste, dont les doutes quant à la nature même de son primarque le conduira aux limites de la trahison… Une très bonne nouvelle, dans la directe lignée du roman associé à cette légion, qui se permet de répondre aux interrogations que l’on pouvait se poser sur les Emperor’s Children à la fin de Fulgrim. Il n’y a que 2 personnages, dans cette nouvelle : Lucius et Fulgrim. Les autres ne sont que du décor. Et Lucius reçoit un excellent traitement : au travers des autres romans où il était mis en scène, je l’avais toujours considéré comme arrogant car « se prenant pour le meilleur ». Ici, il est arrogant parce qu’il est le meilleur, en étant parfaitement lucide sur ses capacités et ses possibilités. C’est vraiment excellent ! C’est du McNeill, quoi…

La seconde nouvelle, de N. Kyme, nous entraîne à la suite des Iron Hands et de leur primarque Ferrus Manus, qui sera plus tard tué par Fulgrim sur Istvaan, ce qui est d’ailleurs rappelé dans la nouvelle précédente. Ceux-ci sont à la recherche d’un node Eldar à détruire, et Ferrus Manus enrage que sa légion ne parvienne pas à le localiser alors que ses frères Vulkan et Mortarion ont déjà accompli leur objectif similaire. Il prend donc lui même la tête de ses troupes, bien décidé à finaliser cette mission. Mais au cours de leur trajet dans le désert, il se retrouve séparé de ses troupes et se retrouve dans une grotte où il sera assailli de visions auxquelles il devrai choisir d’y croire ou non… Cette seconde nouvelle aborde un chapitre que l’on voit assez peu, même pendant l’hérésie, et jamais en tant qu’acteur principal, ce qui est donc le bienvenue. En peu de pages, N. Kyme parvient à faire transparaître l’esprit de la légion des Iron Hands, leurs forces  et faiblesses, à l’image de leur primarque et de ses doutes, mais aussi à survoler l’organisation de la légion. L’arc lié aux autres Iron Hands est plus anecdotique mais donne un bon aperçu de leur caractère, en apparence froid et déterminé. Seules quelques longueurs sont à déplorer, mais la nouvelle reste très bonne.

La troisième nouvelle porte sur le Lion et les Dark Angels, et nous vient évidemment de G. Thorpe. Chronologiquement, elle est précisément 82 jours après la rencontre entre le Lion et Konrad Kurze, rencontre détaillée dans le recueil l’Âge des Ténèbres (critique à suivre). Suite à cette rencontre, les deux primarques et leur légions sont toujours en train de jouer à « attrapes-moi si tu peux », et sur ce coup on peut dire que Kurze à toujours un coup d’avance, ce qui irrite passablement le Lion… Mais ses équipes interceptent un message qui font état d’un conflit à quelques distance de là entre la Death Guard (dont la trahison est connue mais dont l’affiliation des troupes engagée est inconnue) et les Iron Hands, à priori loyalistes, mais dont la perte du primarque peut avoir dérouter le reste de la légion… et surtout, conflit se situant dans une zone autrefois intégrée à l’Impérium par le Lion, qui sait qu’il s’y trouve un artefact suffisamment important pour qu’il reporte ses escarmouches d’avec Kurze… Cette nouvelle n’est pas mauvaise, mais elle est un peu longue. La première partie, où l’équipage est traqué par un autre vaisseau, est dispensable, surtout que la possibilité « inconnue des navigators » est également utilisée dans la Bataille des Abysses, mais par les troupes loyalistes, cette fois-ci. La seconde partie est plus intéressante, car outre le fait qu’elle offre un peu de diversité (on aperçoit légèrement la Death Guard et on entraperçoit les Iron Hands), elle permet de confronter le Lion à sa place dans la hiérarchie impériale et la vision qu’il a de certains de ses frères, ce qui est pour le moins instructif… Au finale, c’est une nouvelle un peu inégale mais pas inintéressante.

La quatrième nouvelle traite de l’Alpha Legion, ces « renégats » qui ne sont ni pour l’Imperium, ni pour les Dieux du Chaos…, et est signée Rob Sanders. L’Alpha Légion a souvent des buts mystérieux, mais pour une fois ils sont simple : l’une de leur base d’opération secrète a été potentielle compromise, elle doit donc disparaître, au risque de sacrifier des innocents. Mais il est difficile d’infiltrer une base de l’Alpha Légion, même pour l’Alpha Légion… Cette nouvelle toute en action est rondement menée et réservera un tas de surprise tout en permettant de bien appréhender l’état d’esprit de cette légion si particulière. Pas de révélation fracassante à la clef, mais une très bonne histoire, peut-être ma préférée (alors qu’à la base, l’Alpha Légion n’est pas ma tasse de thé).

Au final, c’est un très bon recueil qui nous est présenté, dont la lecture n’est, comme souvent, pas indispensable, car n’apprenant rien de très nouveau, mais qui se laisse bien lire. Le seul gros reproche que l’on peut lui faire, c’est qu’il ne traite que de 4 primarques, ce qui est plutôt léger… Certains sont toujours aux abonnés absents…

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :