Le Don de l’Empereur



Détails :

Auteur : Aaron Dembski-Bowden

Catégorie : Chevaliers Gris

Nombre de  pages : 320

Traduction : Gilles Chassignol

Paru en VF en septembre 2013 chez Black Library / Paru en VO en mai 2012

Sur le reclusiam : critique de Drystan

Résumé :

Les Chevaliers Gris sont le seul rempart entre les hommes et le Chaos qui cherche à les détruire. Depuis leur création lors des heures les plus sombres de l’Hérésie d’Horus, ces légendaires space marines ont traversé la galaxie et les royaumes de l’Immaterium pour traquer sans relâche démons et autres créatures surnaturelles. De nouvelles recrues sont soumises à un entraînement psychique rigoureux lors de leur transfert vers la forteresse clandestine de Titan, où elles rejoindront les rangs du 666e Chapitre. Mais plus que jamais, ces légendaires Frères de Bataille devront être sur leurs gardes, car le Chaos n’est jamais bien loin, et il porte avec lui les graines de l’Armageddon.

Mon avis :

Aaron Dembski-Bowden est le nouvel auteur populaire de la Black Library, et malgré un Helsreach moyen, Le Premier Hérétique et Le Chasseur d’Âmes font comprendre pourquoi. C’est donc avec impatience que j’ai débuté sa dernière livraison en VF.

Pas de surprise quant au contenu, la couverture annonce d’entrée de jeu qu’on a affaire à un roman sur les Chevaliers Gris, chose déjà assez rare en soit. Le parti pris est assez original : tout se passe du point de vue d’un seul de ces Chevaliers Gris, Hypérion, qui dispose d’aptitudes psychiques supérieures à la normale (sur une échelle relative aux Chevaliers Gris, qui sont déjà au dessus de ce qui se fait chez les Astartes) mais qui manque gravement de discipline personnelle.

Après le fade roman Chevaliers Gris de Ben Counter (à tel point que la suite n’a jamais vu le jour en VF), c’est plutôt une bonne surprise que de lire un roman sur cet énigmatique chapitre. Tout en suivant un personnage attachant (bien que parfois prévisible), qui peine souvent à comprendre les humains « non-modifiés », on découvre (ou redécouvre) une multitude d’informations sur les Chevaliers Gris et leur organisation. Mais les règles imposées par leur existence (qui doit rester secrète, même aux yeux des autres chapitres Space Marines) ont des conséquences qui vont s’avérer dramatiques tout au long du roman. Mine de rien, c’est une immense source de fluff qui est disséminée au fil des pages !

Il est évidement difficile d’en parler sans spoiler une partie de l’intrigue, mais l’escalade, qui constitue la seconde partie du roman, est très bien menée par ADB, qui nous fait approcher le « jusque-boutisme » de certains sans tomber dans la facilité du pouvoir et de l’autorité qui rendent dingues et justifieraient toutes les exactions. Il met également ses personnages face à des choix moraux dont on peut dire qu’il n’en existe pas de mauvais : l’humanisme contre le devoir et la nécessité…

Evidemment, tout n’est pas parfait dans ce roman ! Après 2 excellentes parties menées tambour battant agrémentées de personnages mythiques, la dernière partie est tellement lente qu’on a presque du mal à croire que c’est le même roman. De plus, les conséquences des événements qui se déroulent semblent ne pas avoir de conséquence autre que durant le conflit, alors que c’est une opposition majeure entre 2 grande forces, qui ne peut laisser l’Imperium insensible. Peut être que la suite de ce roman, Blood of Asaheim (par C. Wraight) apportera un éclairage supplémentaire, mais en l’état c’est pour moi une faiblesse du roman. Autre regret, l’Inquisitrice Jarlsottyr et sa suite, qui gravitent autour des protagonistes principaux, auraient mérité un traitement plus approfondit : la plupart sont anecdotiques et ne semblent compter que numériquement !

A noter l’excellent client d’oeil d’ADB à la série Ravenor d’Abnett.

C’est assurément un bouquin à lire au plus vite !!!

Edit : Une petite bizarrerie à noter dans la VF: il est fait mention, à un moment, des « Porteurs de la Parole », des « Guerriers de Fer » et des « Seigneurs de la Nuit » (soit respectivement les Word Bearers, les Iron Warriors et les Night Lords). Même si le passage est très clair, je m’étonne de la traduction du nom de ces chapitres, qui sont habituellement laissés tels quels…

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :