Le Traqueur des Abîmes


Détails :

Auteur : Aaron Dembski-Bowden

Catégorie : Night Lords

Nombre de  pages : 416

Traduction : Gilles Chassignol

Paru en VF en décembre 2013 chez Black Library / Paru en VO en avril 2012

Sur le reclusiam : Critique de Drystan

Résumé :

Talos mène sa Première Griffe sur un chemin tortueux, et attire l’attention du Vaisseau-Monde Elldar Ulthwe. Les Eldars sentent qu’un conflit avecles Night Lords approche, et rassemblent leurs forces pour la bataille. Les deux factions sont lancées sur une trajectoire qui les amènera à s’affronter, mais le dénouement de ce combat reste incertain, même pour les Grands Prophètes eldars…

Mon avis :

Aaron Dembski-Bowden conclut ici sa trilogie sur les Nights Lords. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça va toujours aussi mal. Désormais capitaine de l’Echo of Damnation et toujours en lutte avec son propre corps, Talos mène ses Griffes aux frontières de l’Imperium, en orbite de Tsalgualsa, la dernière planète occupée par leur primarque après la destruction de Nostramo, d’où est originaire la Légion. Problème, il ne se souvient absolument pas avoir donné cet ordre ni pourquoi il l’a fait. C’est donc plein de doutes qu’il va s’apercevoir que le monde qu’ils avaient laissé mort est désormais occupé par des communautés de citoyens de l’Imperium d’à peine quelques millions d’individus…

Ce dernier volume commence sur les mêmes bases que s’était terminé le précédent. L’ambiance est toujours aussi morose, mais les Nights Lords vont trouver à s’amuser, ce qui leur fera oublier leur dissensions internes. Le second roman étant le plus faible de la trilogie, on reste sur le même rythme qui a du mal à décoller puis, au moment où on s’y attend le moins, tout commence à s’emballer pour terminer sur un final relativement haletant. ADB en profite pour véritablement boucler toutes ses histoires… en laissant un gros cliffhanger certes relativement prévisible mais bien amené et qui recolle tous les morceaux disséminés dans ce troisième tome.

Ce volume là a également du mal à atteindre le niveau du premier, mais c’est en grande partie la faute à ce Chasseur d’Âme tellement magistral. Néanmoins, cette première trilogie d’ADB sur un chapitre aussi peu exploité que les Nights Lords a plus que le mérite d’exister : elle est carrément indispensable, totalement à contre courant de ce qui est habituel de voir chez les Marines Renégat, bien que cela tenant surtout à la personnalité particulière de Talos, dont le seul reproche qui pourrait lui être fait est de parfois faire preuve d’un peu trop d’humanité, contrastant avec son attitude générale de Space Marine froid et distant vis à vis de ses esclaves.

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :