Vulkan est Vivant


Détails :

Auteur : N. Kyme

Catégorie : L’Hérésie d’Horus

Nombre de  pages : 448

Traduction : Julien Drouet

Paru en VF en Février 2014 chez Black Library / Paru en VO en novembre 2013

Sur le reclusiam : site indisponible au moment de rédiger cet article

Mon avis :  

Après le Massacre du Site d’Atterrissage sur Isstvan V, les survivants de la Légion des Salamanders se mettent en quête de leur Primarque disparu, mais en vain. Ce qu’ils ignorent, c’est que Vulkan – malgré le fait qu’il aurait préféré la mort à un tel destin – est retenu prisonnier pour l’amusement de son frère dément : Konrad Curze. Soumis à des tortures ayant pour but de détruire son esprit tout autant que son corps, Vulkan devient malgré lui le témoin de la dépravation de celui qui se fait désormais appeler le Night Haunter. Mais au coeur de toute cette douleur et de cette détresse, Vulkan découvrira également un terrible secret qui pourrait bien changer l’issue de la guerre tout entière.

C’est un roman un peu particulier que nous livre N. Kyme, car c’est en réalité 3 livres en 1. D’une part, on retrouve le désormais célèbre John Grammaticus, en mission pour la Cabale et coincé sur une planète envahie par les Word Bearers et où se trouvent également un groupe hétéroclite de survivants à la trahison et poursuivant leur propre but, et d’autre part on suit le destin de Vulkan après les événements d’Istvaan V, pendant que lui-même revis également le massacre du site d’atterrissage.

La partie sur Vulkan ne manque pas d’intérêt, on y apprends même pas mal de choses, mais très honnêtement, c’est la partie avec J. Grammaticus que j’ai trouvé la plus intéressante. Là aussi, beaucoup de révélations et en particulier, et ça ne surprendra personne, qu’on n’en sait encore peu sur la Cabale.

En plus des révélations, ce roman fait le lien avec de nombreux autres, plus ou moins explicitement (le début de la série pour les événements sur Istvaan, Délivrance Perdue pour le point de vue « Primarque après le massacre », la Bataille de Calth…)

Le gros reproche que l’on peut faire est le manque de lien entre les 2 grosses parties (j’occulte les souvenirs d’Istvaan… qui ne sont donc que des souvenirs…). Ils auraient même pu être 2 livres indépendant sans que ça nuise à l’histoire. Le format est donc plus proche d’un « double novella » plus que d’un roman à part entière. Pour une fois qu’on en a plus pour le même prix… On peut également regretter un manque de rythme dans la section sur Vulkan. Même si le huis clos est plutôt bien mené, se terminant sur un échange savoureux entre 2 frères, il y a beaucoup de contraste avec l’autre partie, beaucoup plus rythmée grâce à ses scènes d’action et ses mini intrigues… Néanmoins, il me donne l’impression qu’il est indispensable pour saisir l’entière teneur des événements gravitants autour de l’Hérésie elle-même.

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :