Colère d’Acier


Détails :

Auteur : Chris Wraight

Catégorie : Batailles de l’Astartes

Nombre de  pages : 416

Paru en VF en octobre 2013 chez Black Library / Paru en VO en juin 2012

Sur le reclusiam : critique de Drystan

Mon avis :

Après des décennies passées au service du dieu du Chaos Slaanesh, la caste dirigeante du sub-secteur Contqual a finalement condamné son peuple à la damnation : des hordes de démons et autres horreurs se sont déversées d’une faille dans la réalité et forcent les habitants de la planète à s’adonner à des actes de dépravation de plus en plus extrêmes. La responsabilité de mettre fin à cette insulte à l’Empereur revient au chapitre des Iron Hands. Sans pitié, et avec la rage au coeur, ils purifieront la planète Shardenus quoi qu’il arrive, et décideront du destin de ses milliards d’habitants.

Second roman de C. Wraight dans cette série. Les Iron Hands ont  dépêché une compagnie entière (« un clan »), ainsi que des titans du Mechanicum et d’importantes troupes de la Garde Impériale. La cible est la planète Shardenus, et en particulier la cité-ruche de Shardenus Prime où, sans avoir la nature exacte de la menace, ils savent que les forces du chaos ont pris pied. Lançant toutes leurs troupes à l’assaut de la spire, ils éprouveront de grandes difficultés à en atteindre le sommet, coeur de la corruption qui s’est répandu sur la planète.

Comme il l’avait fait dans l’excellent La Bataille du Croc, C. Wraight nous dépeint une campagne de Space Marines non pas uniquement de leur point de vue (et même, finalement, assez peu), mais également de celui de leurs alliés. Et autant dire que ça ne va pas sans difficultés. Si le Mechanicum se révèle plutôt obéissant (au point d’être plutôt transparent dans le roman), il n’en va pas de même, une fois n’est pas coutume, pour la Garde. Face à des ordres qui ne font qu’envoyer des hommes à la boucherie et donnés par une faction qui ne prédomine pas officiellement, le Général Nethata va user de ses talents de stratège pour exploiter ses troupes au mieux et éviter que leurs ennemis ne les prennent à revers, allant ainsi à l’encontre des ordres du Capitaine Space Marines.

Faire s’opposer (tout est relatif, ils restent « dans le même camp ») 2 factions dont une qui n’a pas l’habitude que de simple mortels lui tiennent tête est une très bonne idée, mais il est dommage qu’il n’y ait pas plus d’interactions entre les hauts gradés. C. Wraight aurait clairement pu aller plus loin, et une confrontation directe aurait donner plus de corps aux actions du Général Nethata. Les Iron Hands ont finalement peu de scènes à eux (si ce n’est évidement le combat final, qu’eux seuls peuvent mener), mais elles sont suffisantes pour représenter ce caractère froid et inhumain qui les caractérise, encore plus que la représentation habituelle des Space Marines. Ils sont le parfait mélange entre le détachement des Space Marines à l’encontre des humains et le détachement du Mechanicum à l’encontre de l’humanité. La chair est faible, très clairement !

Le roman alterne parfaitement les moments de pure action (en particulier dès que les Iron Hands sont en scène) et les moments plus calmes, qui représentent généralement les avancées des arcs des autres factions. D’un pitch assez classique, C. Wraight en a extrait un bon roman.

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :