Imperium Secundus


Détails :

Auteur : D. Abnett

Catégorie : L’Hérésie d’Horus

Nombre de  pages : 400

Traduction : Julien Drouet

Paru en Juin en Février 2014 chez Black Library / Paru en VO en Octobre 2013

Sur le reclusiam : Critique de Priad

Mon avis :  

Loin au-delà de la frontière est de la galaxie, le royaume d’Ultramar est isolé. Après avoir subit la traîtrise des Word Bearers sur Calth, et la Croisade des Ombres qui a dévasté les Cinq Cent Mondes, le Primarque Roboute Guilliman des Ultramarines rappelle toutes ses forces sur Macragge, où il prévoit d’organiser l’avenir de l’humanité. Avec l’arrivée sur la planète de survivants et de fugitifs victimes de la terrible guerre qui ravage maintenant la galaxie, qui peut différencier les troupes loyales des traîtres ? Isolé de Terra, la planète mère, par une violente tempête Warp, Gulliman se voit contraint d’accéder au pouvoir, mais pourra-t-il rivaliser avec la puissance dont dispose le Maître de Guerre renégat Horus ?

Imperium Secundus prend place 2 ans après les événements de la bataille de Calth, mais également après ceux de Vulkan est Vivant ! C’est un peu une suite directe de ces deux romans, sur des plans différents. Là où certains ne sont pas toujours facilement « plaçables » dans la chronologie, celui-ci est très clair. L’action se situe dans le royaume d’Ultramar, où Guilliman est coupé du reste de l’Imperium par la tempête Warp déclenchée par les Word Bearers. Celui-ci ne sait donc pas où en est la situation ni si Terra (objectif évident qu’il déduit des actions d’Horus) est tombée. Il prend donc à contre-coeur la décision de fonder un « Imperium Secundus » à partir des Cinq Cents Mondes du Royaume d’Ultramar et, faute de mieux, d’assurer la transition en tant que « régent », quitte à dissoudre cette organisation dès que le contact avec Terra aura été repris. Ne voulant pas assurer lui-même cette régence, il compte sur l’arrivée surprise du Lion et de ses Dark Angels pour incarner le nouveau visage de l’Imperium. Mais à l’heure où certains frères primarques ont trahi, difficile de faire confiance à celui qui est de loin le plus fermé et le plus secret des frères… Sans compter que son arrivée va provoquer un certain nombre de perturbations , des « surprises » dont le si parfait empire d’Ultramar n’est pas coutumier…

Malgré certains événements qui tendent au Deus Ex Machina histoire de coller à la volonté de l’auteur, Abnett réussi le tour de force d’à la fois foutre un chaos pas possible sur Maccrage et de faire passer Guilliman pour un personnage secondaire du roman. Car oui, même si le roman ouvre sur son monde et sur lui, et bien qu’il soit tout de même important, l’intérêt du roman n’est pas vraiment centré sur lui. Malgré l’omniprésence des Ultramarines, c’est plutôt un huis-clos qui se présente au fil des pages, tant l’action se concentre sur une poignée de personnes. Néanmoins, Abnett n’oublie pas de placer des pions pour plus tard (on peut penser à la poignée de Space Wolves présents, trop peu significatifs pour craindre un simple effet de remplissage). Concluant ou prolongeant un certain nombre de romans parmi les derniers de la saga, cet Imperium Secundus se paye donc le luxe d’être essentiel à la trame générale… Et comme c’est du Abnett, on ne s’ennuie pas un seul instant…

On en parle aussi sur Vox Ludi et sur le Black Librarium


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :