Deathwatch


Détails :

Auteur : Steve Parker

Traducteur : Gilles Chassignol

Nombre de  pages : 459

Paru en VF 2014 chez Black Library / Paru en VO en 2013

Sur le reclusiam : critique de Priad

Mon avis :

Lorsqu’ils se sont rencontrés la première fois, les membres de l’escoudade « Griffe » étaient un groupe disparate de Space Marines issus de différents Chapitres. Après un entraînement rigoureux, ils sont devenus une escouade de choc. Chasseurs d’aliens et experts en élimination de xenos, leur première mission sous les ordres de l’Inquisiteur Sigma est entourée d’une aura de mystère. De tous les ennemis de l’humanité, les genestealers sont sans doute parmi les plus redoutables et les plus perfides. Avec à sa tête l’Archiviste Karras, l’escouade « Griffe », va devoir infiltrer un nid de genestealers et le purifier par les flammes, ou être tenue responsable de la destruction d’une planète entière

Quel calvaire pour terminer ce livre. Bon, en fait, le facteur principal fut externe au livre lui même : mes divers projets et boulots m’ont pris pas mal de temps, m’empêchant de prendre le temps nécessaire à la lecture ! Mais quand même, plus de 4 mois (presque 6) pour le boucler, c’est un record…
Pourtant, tout commençait bien : vu le titre, on se doute du sujet principal : la Deathwatch ! Surprise ! Ça tombait très bien pour moi, c’est également ce que je faisais jouer à ma table… Et un tel sujet n’avait pas encore été abordé dans les publications, du moins en FR. Bref, tout pour me plaire.
Ce que le titre ne révèle pas, mais qui est plutôt logique, c’est qu’on ne fait pas que suivre une équipe d’extermination de la Deathwatch, mais également un acolyte de l’Inquisition. Ce qui est évidemment une excellente idée, car le thème de l’Inquisition n’est pas tellement traité non plus, si on excepte les séries Eisenhorn et Ravenor de l’excellent Abnett, mais qui mettent en scène les Inquisiteurs eux-mêmes et leur équipe rapprochée.
Là, au contraire, on ne verra que très peu l’Inquisiteur, et on suit particulièrement un acolyte, certes expérimentés, mais tout de même simple acolyte, même pas un Interrogateur. Pour ceux qui connaissent Dark Heresy, acolyte de l’Inquisition c’est jusqu’au rang 8 de personnage. Au delà, c’est ce qui est couvert par le supplément « Ascension ». Bref, voir ce qui se passe aux échelons inférieurs, ceux qui n’ont pas les ressources illimités, c’est un excellente idée ! Et c’est relativement bien traité !
Mais Deathwatch parle aussi de la Deathwatch (incroyable !), on suit donc aussi l’intégration d’un nouveau membre à cette prestigieuse unité, depuis son départ de son chapitre initial jusqu’à sa première mission. Son parcours et ses rencontres nous dépeignent un environnement encore plus exigeant que ce que les Spaces Marines ont l’habitude de connaître, faisant de la Deathwatch une élite parmi les élites, mais c’est aussi l’occasion de croiser un certains nombre de chapitres connus (Raven Guard, UltraMarines) ou moins connus (Death Spectres, Lamenters, Imperial Fist – nan, je déconne !, et même un Storm Warden, le chapitre créé pour le JdR Deathwatch). C’est également un bon point pour ce roman, malgré l’évidence (la Deathwatch est forcément composée de membres d’un grand nombre de chapitres), et permet de mettre en scène les tensions qui peuvent exister entre les Space Marines ou leurs chapitres…

Mais ces préambules, qui servent très bien le roman, sont aussi son point faible : le démarrage est affreusement lent. On passe sans cesse d’une histoire à l’autre, en se doutant bien que tout finira par se rencontrer, mais je pense que le roman aurait gagné à diminuer ces deux parties, tout aussi intéressantes soient-elles. Se finissant très traditionnellement par l’entrée en action de l’équipe d’extermination, le rythme du roman est donc totalement déséquilibré, très lent au démarrage, un concentré d’action ensuite…

Ce n’est pas un mauvais roman, loin de là, mais il pêche par sa structure inégale, ne faisant de lui qu’un bon roman là où il aurait pu devenir un indispensable.
Pour finir, l’histoire en elle-même appelle irrémédiablement une suite (dont je ne sais pas si elle a vu le jour) et, une fois n’est pas coutume, c’est visible dès le début du roman : il est fait mention de prophéties dont on se doute qu’elles ne pourront se dérouler au cours du roman…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :