Chroniques de l’Hérésie


Détails :

Auteur : Recueil de nouvelles

Catégorie : L’Hérésie d’Horus

Nombre de  pages : 335

Paru en VF en Octobre 2009 chez Bibliothèque Interdite / Paru en VO en avril 2009

Sur le reclusiam : critique de Maestitia

Mon avis :  

Nous sommes au trente et unième millénaire, et l’humanité s’est propagée à travers la galaxie. Quand Horus le Maître de Guerre se rebelle contre l’Empereur, la guerre civile qui s’ensuit manque de détruire l’Imperium. Le conflit fait rage sur des planètes entières, opposant les Space Marines à leurs anciens frères de bataille dans une lutte dont seule la mort est la véritable gagnante. Ce recueil de nouvelles raconte l’héroïsme et les tragédies de cette époque troublée, sous la plume des auteurs vedettes de l’Hérésie d’Horus : Dan Abnett, Graham McNeill, James Swallow et quelques autres.

D. Abnett ouvre le bal de ce recueil de nouvelles avec une Partie de Chasse relatant la tentative d’un Custodes (la garde d’élite et rapprochée de l’Empereur) d’approcher le dit Empereur et de mettre à mal les défenses du Palais Impérial en simulant une tentative d’assassinat. Se dévore d’une traite.
M. Lee continue avec Dans la gueule du loup, où des Space Wolves viennent rallier une planète à l’Imperium. Mais alors que la campagne s’achève, ils reçoivent un curieux message en provenance de Terra. Parallèlement, une menace inattendue surgit… Beaucoup d’action dans cette longue nouvelle et des Space Wolves au top, comme toujours.
Les descendants de la tempête est signée A. Reynolds et nous entraîne à la suite des Word Bearers, à cette époque loyalistes et les seuls conscients de la nature divine de l’Empereur. Une approche intéressante, où on touche du doigt ce qui vaut au recueil son titre.
J. Swallow et La voix viennent ensuite, accompagnés du groupuscule entre-aperçu dans La Fuite de l’Eisenstein : les Sœurs du Silence, ancêtres silencieuses des Sœurs de Bataille. Ces dernières étant ma faction préférée, je ne peux que conseiller cette nouvelle.
La nouvelle suivante, de G. Thorpe, se nomme L’appel du Lion, et c’est donc bien les Dark Angels que l’on retrouve, et plus exactement leur flotte lancée en pleine Croisade et à la recherche de mondes auxquels apporter la lumière impériale. Au bout de 5 ans dans l’espace, ils ont enfin un contact…
G. McNeill propose ensuite La dernière église, une nouvelle magistrale qui, à elle seule, mérite que l’on s’intéresse au recueil. De tout temps, les humains se sont tournés vers la religion, superstition que l’Imperium en extension cherche à éradiquer autant que les xenos et autres ennemis. Pas d’action, que de la réflexion. C’est brillant.
Après Desh’ea de M. Farrer est la dernière nouvelle du recueil, et c’est un peu tout l’inverse de la nouvelle précédente, ou la brutalité succède à la douceur puisqu’il s’agit de suivre Khârn et les War Hounds, qui deviendront par la suite les redoutables World Eaters, aux prise avec leur primarque Angron pas du tout prêt à endosser le rôle de leader qui lui est échut. C’est brutal, à leur manière, mais aussi intéressant.

Premier recueil de la série, la Black Library a pris assez peu de risques en positionnant ses auteurs vedettes de l’époque. Mais c’est plutôt réussi et permettra à chacun de trouver son compte en fonction de sa faction favorite. Concernant l’Hérésie elle-même, ça ne fait pas beaucoup avancer l’histoire, mais comme un certain nombre de publications qui suivront…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :